Nature

Sa situation privilégiée sur le mont Royal et son importante étendue font du cimetière de Notre-Dame-des-Neiges un endroit privilégié pour les amoureux de la nature. Il abrite plusieurs espèces animales et végétales dont les connaisseurs et amateurs auront plaisir à repérer les innombrables variétés.

La flore

Le parc forestier est composé de plus de 5 300 arbres dont la moitié sont des arbres ornementaux, situés en bordure des chemins ou à l'intérieur d'îlots. Ces arbres représentent une soixantaine d’espèces, principalement des feuillus : érable argenté, érable de Norvège et marronnier d'Inde. On notera également la présence de l’érable à sucre, l’érable de Norvège de type Schwedler ou Crimson, du pommetier de Sibérie et du peuplier de Lombardie. On compte aussi quelques espèces nobles tels que le frêne de Pennsylvanie, le chêne rouge, l'épinette bleue du Colorado et, pour les essences plus rares, le noyer cendré, le caryer cordiforme, l'orme d'Amérique, le cerisier tardif, l'ostryer de Virginie, le pin blanc et la pruche du Canada. D’ici 2017, le cimetière compte ajouter plus de 1700 arbres ainsi que 3000 arbustes.

Les trois zones distinctes

On peut diviser le territoire du cimetière en trois zones arboricoles :

  1. La plaine, où l’on trouve surtout des érables argentés et des marronniers plutôt matures.
  2. Le plateau, aux extrémités est et ouest, plus dénudées, où l’on remarque des colonies de jeunes marronniers, d'érables à sucre et d'érables de Norvège.
  3. Le sommet, où dominent les chênes, les érables à sucre et les tilleuls d'Amérique issus de la forêt naturelle.

Les arbres centenaires

Sur le plan historique, seule une centaine d'arbres, issus de la forêt naturelle, sont antérieurs à 1854, date de l'établissement du cimetière. Il s'agit de chênes rouges, d'érables argentés et d'érables rouges situés dans la partie centrale de la propriété ou sur le sommet du mont Royal et dont l'âge varie entre 175 et 225 ans. Au total, plus de 500 arbres centenaires jalonnent nos chemins. Quelques-uns des plus gros et plus beaux ont été identifiés comme susceptibles d'être inscrits au Répertoire des arbres remarquables du Québec.

Les fleurs et les plantes décoratives

Les fleurs et les plantes décoratives jouent dans la culture occidentale un rôle traditionnel pour souligner la mémoire des êtres chers. Il est facile de comprendre pourquoi elles ont été, dès l'origine du cimetière, associées à l'embellissement des lieux.

Afin de simplifier les multiples étapes organisationnelles lors du deuil d’un proche, le cimetière vous propose, entre autres, différents aménagements floraux. Pour obtenir de plus amples renseignements, il vous suffit de communiquer avec l’un de nos conseillers au 514-735-1361.

La faune

Le massif forestier du mont Royal abrite une faune diversifiée. L'écureuil gris, le tamia rayé ou « suisse », la marmotte, le raton-laveur et la mouffette rayée en sont les principaux représentants. De plus, la présence du lapin à queue blanche et du renard roux donne au lieu un caractère rustique toujours apprécié en zone urbaine.

Plusieurs espèces d'oiseaux visitent aussi cet environnement privilégié. À différentes époques de l'année, on peut y observer des bruants, carouges à épaulettes, chardonnerets jaunes, corneilles d'Amérique, crécerelles d'Amérique, étourneaux sansonnets, goglus, hirondelles, merles d'Amérique, mésanges à tête noire, moineaux, moqueurs, orioles du Nord, parulines, pics, pluviers kildir, quiscales bronzés, sittelles à poitrine blanche et tyrans tritris. Les faisans, encore nombreux dans les années 1960, sont aujourd'hui presque tous disparus.

Outre l'aspect éducatif qu'une telle réserve faunique peut représenter, cette vie animale anime le site et offre des éléments de réflexion sur la place de l'homme dans l'univers.

SAVIEZ VOUS QUE?

Près du mausolée Jean-Paul II, bourgeonne un chêne rouge vieux de plus de 250 ans, de même que, sur le site de l’Union de prières, un saule pleureur de 150 ans.

Pour voir cette page correctement, SVP télécharger Flash Player.